12.04.2017 - 16h53

Jean-Eric Vergne : "impatient d'être en piste avec CEFC Manor TRS"

Parmi les nombreux grands noms venus rejoindre cette saison une catégorie LMP2 en pleine mutation, on retrouve Jean-Eric Vergne. Le week-end prochain, l'un des tout meilleurs pilotes français de cette dernière décennie va faire à Silverstone ses débuts en

A 26 ans, Jean-Eric Vergne se réjouit déjà à la perspective de se mesurer aux meilleurs pilotes et équipes LMP2 au monde. Malgré un certain manque d'entrainement d'avant-saison, il pense s'intégrer rapidement à la famille de l'endurance.

"J'ai vraiment hâte d'y être," indique d'emblée l'ancien pilote de la Scuderia Toro Rosso en Formule 1. "C'est un bon contrat et au fil de ces dernières années, l'endurance s'est imposée à mon esprit de manière de plus en plus évidente.

"Il semblerait que je ne puisse pas monter dans la voiture avant Silverstone. Mais ça ne me pose pas de problème, j'ai l'habitude de sauter dans un cockpit au dernier moment. J'ai besoin de me familiariser avec l'équipe, les stratégies. Il me faut également travailler avec deux autres pilotes mais tout cela va se faire naturellement.

"Une chose est sûre : Manor est une bonne équipe et possède désormais l'expérience d'une saison. Je pense que nous allons faire de bonnes courses cette année. J'aime la compétition, alors je souhaite aider l'équipe à aller de l'avant en 2017.

"Le WEC est un grand championnat, c'est certain. J'adore le niveau de cette compétition. Le défi consistera pour nous à avancer tous ensemble en tant qu'équipe et à espérer nous battre pour de beaux résultats."

Jean-Eric Vergne a déjà eu l'occasion de rouler avec un ‘toit’ au-dessus de sa tête. C'était en 2015, lorsqu'il avait effectué des essais sur le Circuit Paul Ricard avec Toyota Gazoo Racing. Le pilote français pense que les nouveaux prototypes LMP2 seront très spectaculaires à suivre en 2017.

"J'ai entendu dire qu'il y a quelques semaines, ils allaient à certains moments aussi vite qu'une LMP1 sur le circuit de Motorland Aragon (en Espagne, Ndlr)," précise le pilote français. "Les LMP1 doivent économiser du carburant, ce qui permet aux LMP2 de disposer d'une petite marge pour les rattraper, alors il sera intéressant de voir à quel point nous pourrons nous rapprocher. Je pense que les LMP1 occuperont de toute façon les trois marches du podium des 24 Heures du Mans, mais la bagarre en LMP2 va être passionnante et très serrée.

"Ces dernières semaines, j'ai visionné plusieurs courses WEC ainsi que des éditions récentes des 24 Heures du Mans. Ce sont des courses où absolument tout peut arriver. Je suis impatient d'être en piste avec Manor, mais je vais aussi devoir apprendre lors des premières courses."